Mon nom est sans mémoire

 Michela Marzano, Italienne d’une cinquantaine d’années, découvre par hasard et avec stupéfaction que son père a pour cinquième prénom Benito (comme le fondateur du fascisme). De là débute une recherche à travers des archives personnelles et celles d’État sur son grand-père paternel. 

 Read Moresur  La Revue française de Généalogie