Lorsqu’un catholique souhaite renoncer à son baptême et donc devenir apostat, l’Eglise n’est pas obligée d’effacer son nom. Une simple mention marginale est suffisante, selon la jurisprudence constante et une récente décision du Conseil d’Etat concernant une demande faite au diocèse d’Angers. 

 Read More sur  La Revue française de Généalogie